ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
EDEM K. AKOLI 
 
 
Rubriques

Liens

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact

Coin des poèmes

Encore un poème de EDEM,suite a la journée passée avec lui, plus je passe du temps avec lui plus j'apprends a le connaitre et il est genial !!! 
 
 
Je voulais te parler d'Amour 
Et même te l'écrire aussi 
Ce n'était pas un long discours 
Juste quelques mots très jolis 
 
Je les avais bien préparés 
Bien étudiés et bien choisis 
Pour une phrase bien ciselée 
Dans des textes de poésie. 
Je ne sais plus, 
Je ne te comprends plus, 
D'ailleurs ais-je un jour été capable de le faire ?? 
Je n'en suis pa sure, peut etre suis-je une bonne a rien, 
Mais comment pourrais-je deviner  
Ce que tu ne me dis pas ! 
Cet été nous passions des heures entières à se téléphoner, se parler, 
Aujourd'hui tu n'as plus rien à me raconter. 
J'aime me souvenir de ces nombreux moments, 
Où nos corps se serraient... 
Où tes calins me remplissaient de joie, 
Je pense tellement à ces instants passés avec toi... 
Je pensais alors te connaitre, 
Tout savoir, 
Mais en réalité je ne sais rien,  
Je voudrais tant comprendre, t'aider 
Mais je ne peux pas tout deviner, 
Mes seuls indices sont sur ton blog 
Où je vois mieu qui tu es à présent, 
Peut etre suis-je aveugle, 
Peut etre as-tu toujours été ainsi.... 
Je me pose tant de question , 
Je t'en pose aussi beaucoup, 
Mais tu ne veux plus y répondre, 
Donc je te soul, 
Mais moi je me saoul pour oublier, 
Pour oublier ce que tu me fais vivre... 
Tu dis aider tes amis,  
Alors pourquoi ne vois-tu pas que tu es la seule personne qui me fais souffrir ?? 
Ne vois-tu pas que chaques jours, chaques nuits, 
J'ai peur pour toi, pour nous, 
Tu remercie tes amis d'etre là pour toi, 
Alors pourquoi ne me laisses-tu pas etre là pour toi ??? 
Je ne pourrais jamais t'abandonner, 
Mais dois-je pour ça me sacrifier ??? 
C'est donc si difficile d'aimer ? 
D'aimer à en perdre la tête, sans limites, 
Sans se retenir et sans vouloir oublier, 
A rêver de lui sans qu'il soit détestable ? 
 
C'est donc si difficile d'aimer ? 
De l'aimer sans illusions, juste avec passion, 
Sans se l'interdire et sans vouloir tout détruire, 
A penser à lui sans qu'il ne nous suive partout ? 
 
C'est donc si difficile d'aimer ? 
D'aimer à petites doses, progressivement, 
Sans se dire que demain l'amour sera trop grand, 
A lui demander l'heure sans que l'on ait peur ? 
 
C'est donc si difficile d'aimer ? 
D'aimer sans réfléchir, pouvoir tout dire, 
Sans se réveiller en sueur et en sang, 
A lui faire confiance à en perdre les doutes ? 
 
C'est si difficile que même à coups et à cris, 
A rires et à pleurs, à torts et à travers, 
C'est si difficile que c'est en regardant par-dessus l'épaule, 
En retournant sur nos pas envolés par le vent, 
Que l'on peut vraiment aimer comme on aurait souhaité le faire. 
L'amour d'une femme, 
L'amour de deux complices. 
Quel delice 
Pour les ames 
 
On se decouvre, 
On s'aime, 
On s'ouvre, 
Les jours ne sont plus les memes. 
 
On se dit des mots, 
On s'accueille dans nos coeurs. 
Tout semble beau, 
Et l'on n'a plus peur, 
 
L'amour est un cadeau fantastique, 
Rien n'est plus magique 
Que celui-ci 
Quand il nous etourdit. 
 
Des chemins qui se croisent, 
Des corps qui s apprivoisent. 
Des baisers echangés, 
Une image de sensualité. 
 
Aux premieres lueurs 
Coule la sueur 
De deux etres 
Qui unissent leur planetes. 
Poème fait par Antonin , ca me touche beaucoup, j'ai laissé les fautes d'orthographes volontairement parce que c'est ce qui représente ma petite Fleur t'es adorable !!! 
Oh!  
Amour de mes rêves  
pourquoi me torturez vous ? 
pourquoi me faire souffrir ? 
vous êtes celle qui anime mes jours  
Vous vois dans les bras d'un autre  
alors que pour vous bat et vit un amour 
me noie dans une tristesse sans limites 
vous êtes celle dont le sourire ragaillardit mon être 
vous le moteur de mon coeur, de mon être  
vous êtes celle dont le sourire panse mes plus infimes blessures 
vous êtes mon aurore et mon coucher du soleil 
vous êtes ma moitié et je ne saurais vivre sans vous  
puisque je vous aime , si fort , si purement  
que mes poumons pourrait pour vous, générer de l'oxygène 
et c'est pourquoi je vous demande de me revenir 
au nom de cet amour , 
cet amour qui vous attends...  
vous êtes celle qui anime mes jours  
Vous vois dans les bras d'un autre  
alors que pour vous bat et vit un amour 
me noie dans une tristesse sans limites 
vous êtes celle dont le sourire ragaillardit mon être 
vous le moteur de mon coeur, de mon être  
vous êtes celle dont le sourire panse mes plus infimes blessures 
vous êtes mon aurore et mon coucher du soleil 
vous êtes ma moitié et je ne saurais vivre sans vous  
puisque je vous aime , si fort , si purement  
que mes poumons pourrait pour vous, générer de l'oxygène 
et c'est pourquoi je vous demande de me revenir 
au nom de cet amour , 
cet amour qui vous attends...  
 
 
Je voulais te parler d'Amour 
Te dire des mots du fond du cœur 
Et en attendant ton retour 
Je les avais appris par cœur 
 
J'étais prêt, je me sentais bien 
J'me voyais déjà avec toi 
Heureux, te tenant par la main 
Mes yeux dans ton regard bleu-roi 
 
Déclamant avec emphase 
Ces mots passion, ces mots ardents 
J'aurais lu sur ton visage 
Joie et bonheur, resplendissant 
 
Mais, maintenant face à toi 
Je suis muet, paralysé 
Mes jolis mots, je suis sans voix 
Eh bien, je les ai oubliés 
 
Timide, je n'ai pas osé 
Alors, en me serrant la main 
Souriante, tu t'es éloignée 
Mais promis, j'essaierai demain.Poème de EDEM m'étant adressé, charmant jeune homme avec qui j'ai passé une super apres midi, merci je ne connaissais pas de coté poètes de toi !!! 
 
Un baiser s'est posé comme une abeille 
Sur ma peau, il a laissé un goût de miel 
Ce baiser m'a piqué au cœur, une merveille 
Le miel je l'ai gardé pour moi, péché véniel 
 
Une caresse m'a effleuré comme une aile 
Sur ma joue, elle a laissé comme un espoir 
Cette caresse m'a aéré le cœur, un appel 
Cet espoir je l'ai gardé dans ma mémoire 
 
Un regard s'est posé sur moi comme un éclair 
Dans mes yeux, il a laissé comme une promesse 
Cet éclair a enflammé mon cœur, c'est très clair 
Cette promesse je l'attends avec noblesse 
 
Une voix m'a enchanté comme une mélodie 
Dans mon âme, elle a laissé un chant d'Amour 
Cette mélodie a bercé mon cœur, conquis 
Et cette voix m'a dit : Je t'aimerai toujours. 
Vous êtes mon ange 
Mon protecteur 
Vous êtes mon amie  
Mon bras droit 
Vous êtes l'une des personnes à qui je tiens et  
Envers qui je dois beaucoup de choses 
Vous êtes la seule personne qui parmi tant d'autres a 
Le don de me faire sourire , rire  
De me consoler dans les moment de profondes détresses 
De m'écouter quand j'étais embarraséé 
De veiller à mes côtés quand j'étais malade, 
Vous étiez celle envers qui ma personne n'avait aucun secret  
Vous étiez ma meilleure amie 
Et pour moi vous l'êtes, maintenant , demain, après demain, pour toujours . 
Je quittais en hâte, la salle de ciné, 
 
Mon manteau en laine me réchauffait, 
 
C'était un soir de décembre, très froid, 
 
Je marchai, silencieuse près de toi. 
 
 
 
Nous sommes allés prendre un café, 
 
Voulant un instant nous retrouver,  
 
Tu étais l' ami d'autrefois 
 
Je t'ai revu, juste ce soir là. 
 
 
 
Tes yeux me détaillaient, sans ciller 
 
J'ai soutenu ton regard d'acier. 
 
Ta main, doucement a emprisonné  
 
La mienne, j'ai pas voulu la retirer. 
 
 
 
Ton corps de moi, s'est rapproché  
 
Et, dans mon cou, tu as posé 
 
Tes lèvres brûlantes d'un baiser, 
 
Alors, mon coeur s'est embrasé.  
 
 
 
Nous sommes sorti dans le froid dehors, 
 
Il faisait nuit, frissonnaient nos corps. 
 
Tu m'a serré fort contre toi,  
 
Et, nous avons décidé d'aller chez toi. 
 
 
 
Je ne savais que dire, ni à quoi penser 
 
Mais, j'ai fini par accepter. 
 
Douce intimité, un feu dans la cheminée 
 
Réchauffait, ce salon bien décoré. 
 
 
 
Tu vivais ta solitude bien organisée, 
 
Tranquille ta vie d'homme, tu menais. 
 
Mais ce soir, l'occasion de se revoir 
 
A fait naître pour toi, un espoir. 
 
 
 
Doucement, tes mains glissaient sur moi 
 
Ma robe tombait au sol, tu ôtais mes bas. 
 
Là, sur ton canapé garni de velours, 
 
Nous avions tellement envie de faire l'amour 
 
 
 
Tu m'as enlacé, collé à ton ventre, 
 
J'ai senti ton désir, me surprendre. 
 
Puis, devant ton corps mis à nu, 
 
J'ai fermé les yeux et me suis détendue. 
 
 
 
Nous avons ondulé jusqu'au matin 
 
D'une danse lascive, mêlant nos reins. 
 
Sous les vagues frémissantes de volupté 
 
Toute la nuit, nous avons louvoyé. 
 
 
 
Ce matin, tu as les lèvres amoureuses 
 
Sur ma peau dorée, elles glissent soyeuses. 
 
Ton regard est doux, ton corps chaud, 
 
Le soleil se lève, sur un jour nouveau. 
 
 
O mon doux chevalier 
Ce soir, venez me visiter 
Fermons les volets, 
L'Amour veut se cacher. 
 
Je ne sais pas, mon aimé 
Vous faire patienter. 
Voyez, le roi est sorti, 
Pour chasser la perdrix. 
 
Je laisse mon lit défait 
A mon balcon, grimpez. 
Les épines du rosier 
Vous auront égratigné. 
 
Je veux vous soigner 
De mes doux baisers. 
Portez à mon corsage 
Vos mains en voyage. 
 
Couchez moi, mon amant 
Dans ces draps blancs. 
Otez moi, ces jolis jupons 
Semez sur ma peau, le frisson. 
 
Vos lèvres je goûterai 
Brûlantes de baisers, 
Ouvertes à demi écloses, 
Pulpe offerte, en overdose. 
 
Laissez moi cheminer 
Sur votre peau dorée. 
Que votre beau corps 
M'offre ses trésors. 
 
Mon doux chevalier 
Tombez votre habit. 
Nous allons nous aimer 
A la lueur des bougies. 
 
Le roi est en forêt ce soir, 
Il rentrera à la nuit noire. 
Ivre de grand air, il sera  
Fatigué et s'endormira. 
 
Osez me faire la cour 
J'ôterai ce pantalon velours. 
Vos pieds entre mes doigts fins 
Aimeront le toucher de mes mains. 
 
Guidez moi, de vos désirs secrets 
Pour aimer notre belle chevauchée 
Nos deux corps s'offrent des murmures 
Sensuel chant de votre lyre, l' aria pure. 
 
Ce soir, venez me visiter 
Fermons les volets, 
L'Amour veut se cacher. 
 
Je ne sais pas, mon aimé 
Vous faire patienter. 
Voyez, le roi est sorti, 
Pour chasser la perdrix. 
 
Je laisse mon lit défait 
A mon balcon, grimpez. 
Les épines du rosier 
Vous auront égratigné. 
 
Je veux vous soigner 
De mes doux baisers. 
Portez à mon corsage 
Vos mains en voyage. 
 
Couchez moi, mon amant 
Dans ces draps blancs. 
Otez moi, ces jolis jupons 
Semez sur ma peau, le frisson. 
 
Vos lèvres je goûterai 
Brûlantes de baisers, 
Ouvertes à demi écloses, 
Pulpe offerte, en overdose. 
 
Laissez moi cheminer 
Sur votre peau dorée. 
Que votre beau corps 
M'offre ses trésors. 
 
Mon doux chevalier 
Tombez votre habit. 
Nous allons nous aimer 
A la lueur des bougies. 
 
Le roi est en forêt ce soir, 
Il rentrera à la nuit noire. 
Ivre de grand air, il sera  
Fatigué et s'endormira. 
 
Osez me faire la cour 
J'ôterai ce pantalon velours. 
Vos pieds entre mes doigts fins 
Aimeront le toucher de mes mains. 
 
Guidez moi, de vos désirs secrets 
Pour aimer notre belle chevauchée 
Nos deux corps s'offrent des murmures 
Sensuel chant de votre lyre, l' aria pure. 
 
 

 

(c) K. Edem AKOLI - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 21.03.2007
- Déjà 2427 visites sur ce site!